Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:59

      La réflexion à long terme, c’est-à-dire une logique de raisonnement qui ne s’arrête pas à ses termes immédiats et visibles mais suppose une certaine capacité imaginative appuyée sur la connaissance du passé  et de la nature humaine, est ce qui aura le plus fait défaut à nos hommes politiques depuis la disparition de Georges Pompidou. Désormais, la politique et, pire, la géopolitique, ne se font même plus « à la corbeille » mais au mouchoir imprégné des larmes des foules émotives et des intellectuels à la mode.

   Que les politologues, les journalistes, dont la fonction est de commenter, d’approuver ou de déprécier l’action des gouvernements en fonction de leur opinion et de leur intérêt personnels, soient dépourvus de cette faculté de prendre en compte les leçons de l’Histoire même la plus récente pour éclairer l’avenir, c’est presque pour eux une obligation de charge. Mais qu’il se soit trouvé des politiciens responsables pour imaginer, dès le premier désordre de rue en Tunisie (dont seule Mme Alliot-Marie et ceux qui pensaient comme elle avaient saisi la portée), qu’il pouvait s’agir d’autre chose que de ce à quoi nous assistons partout dans la zone d’influence islamique depuis la chute du Shah d’Iran, est assurément incroyable. Qu’il se soit trouvé des observateurs du train du monde pour supposer que le renversement du colonel Kadhafi déboucherait sur autre chose qu’une prise progressive du pouvoir par un radicalisme religieux infiniment plus dangereux  que les foucades d’un dictateur mégalomane, est proprement ahurissant. C’est pourtant le spectacle de leurs applaudissements qui nous a été donné par les mêmes qui, aujourd’hui, « commencent à s’inquiéter » du résultat des élections en Libye, voire de la régression débutant à peine, en Tunisie, de la liberté des femmes, des cultes, de l’expression artistique.

   Si, par les efforts conjugués de nos gouvernements et de la Ligue arabe (entendez : le club des fondamentalistes les plus arriérés et les plus impitoyables), et malgré la perspicacité de Poutine, la Syrie tombe enfin aux mains des lapidateurs de femmes infidèles et des coupeurs de mains, j’entends déjà les pleurnicheries qu’on versera quelques mois plus tard  sur « le sort des chrétiens au Proche Orient ». Que certains États revenus à la théocratie sous couvert d’émancipation démocratique s’évertuent, pour combien de temps, à donner le change à ceux qui ont prêté main forte, ne devrait abuser aucun observateur un tant soit peu lucide. Que l’Islam aujourd’hui soit dans un état d’esprit très voisin de celui de la Chrétienté au XIe siècle, et que ces deux états d’esprit aient été suscités, l’un par l’affaire palestinienne au XXe siècle à peu près comme l’autre par la question de Jérusalem au XIe , cela devrait inciter à réfléchir avant de liquider un par un les régimes suffisamment forts pour endiguer le fanatisme médiéval de l' impérialisme musulman. (Observons d’ailleurs, dans toutes ces affaires, le silence d’Israël.) Enfin, que ceux qui ne tombent pas dans tous ces panneaux mais supputent, à l’instar probablement de certaines officines d' Américains manipulateurs, qu’ils vont transformer les pays « libérés » en autant de royaumes gouvernés par des émirs ou des parlements à leur botte, ils se trompent évidemment, comme se trompent toujours les Occidentaux qui croient que l’apparence des choses présentée par l’Orient correspond à la réalité.

Juillet 2012 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Dumby Par Lui-Même

  • : Carnets politiques de Patrice Dumby
  • : Réflexions sur la politique au fil de l'actualité, par le personnage principal d'une série romanesque de Michel Mourlet intitulée "Chronique de Patrice Dumby".
  • Contact

Recherche

Liens