Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 12:18

   Si j’emprunte ce titre à mon bien-aimé confrère Jules Renard, qui l’avait lui-même piqué à Rabelais, c’est parce que la politique française et, partant, les commentaires et analyses qui en découlent dans les médias au garde-à-vous, paraissent de plus en plus conformes à la définition de cet oiseau fabuleux. La coquecigrue est le rejeton saugrenu d’un ménage à trois : un coq, une cigogne et une grue. Du coq, elle arbore l’arrogance et les prétentions infondées, de la cigogne un goût tout aussi français pour les grenouilles (elle avale de même volontiers des couleuvres) et quant à la grue, sa réputation se passe d’explication.

 

Kiev en ébullition

   Depuis la mort de Pompidou, lequel avait prolongé avec intelligence la volonté gaullienne d’indépendance nationale, on aura remarqué que la classe politico-médiatique parisienne, lobotomisée en douceur par la chirurgie yankee, trottine docilement derrière le drapeau étoilé. (À une exception près : le refus de participer à l’imbécile aventure irakienne.) Il ne faut donc pas s’étonner de la manière dont la presse accueille la « révolte ukrainienne », fomentée à distance par ce Nouvel Ordre mondial à qui tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser Poutine, résurrecteur de la Russie. Bien que l’ensemble de sa population soit loin de partager leur fureur, une fraction d’excités donne à l’univers l’impression que l’Ukraine rêve de fourrer sa tête dans le carcan bruxellois... dont tous nos peuples ont fini par admettre qu’il fallait se dégager au plus vite. Il ne doit plus rester beaucoup de Grecs pour croire que l’Europe, après les avoir privés de leur art millénaire de survivre au soleil, les a ensuite un peu renfloués pour un autre motif que de les enchaîner davantage. Et voilà que tous les Ukrainiens voudraient connaître le même sort ! C’est en tout cas ce dont essaient de nous persuader nos brillants politologues, les mêmes qui ont salué la chute de Moubarak, le baptême de la Lybie dans l’eau lustrale démocratique, la libération de l’Irak, les premières fleurs du Printemps syrien. Pour être assuré de ne rien comprendre à ce qui se passe dans le monde ou dans votre pays, écoutez Radio-Paris, écoutez  France-Info !

 

Divine surprise tunisienne

      Après qu’ils ont humé le parfum du pouvoir servi sur un plateau par nos démocraties, on a du mal à imaginer que les fanatiques musulmans (déchaînés à l’origine, ne l’oublions jamais, par la politique israélo-américaine toujours à l’oeuvre) vont abandonner la partie à Tunis, à la faveur d’élections, de formation gouvernementale, d’engagements pris par des politiciens ou de toute autre détermination officielle et légale. Il faut être ministre des affaires étrangères ou journaliste politique pour le croire, ‒ ou du moins pour le dire. Non seulement les barbus ne lâcheront pas le morceau, mais il est fort possible que les déclarations récentes des nouveaux responsables tunisiens n’aient pour objectif que de donner provisoirement le change, tout en accompagnant sur la pointe des pieds le glissement progressif de la société tunisienne dans son ensemble vers le paradis terrestre d’Allah. Attendons la suite avec confiance.

 

Paillasse Caligula  

   Une situation absurde se termine forcément par une conclusion aberrante. Si, s’inspirant de la légende de Caligula, un paillasse institue une jument consul ou patronne du cirque, on trouvera bien naturel qu’ils se cassent la figure au milieu de la représentation. L’un dégringole de son tabouret. L’autre se retrouve les quatre fers en l’air. La chronique demi-mondaine de l’Élysée n’a pas failli à cette règle.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Dumby Par Lui-Même

  • : Carnets politiques de Patrice Dumby
  • : Réflexions sur la politique au fil de l'actualité, par le personnage principal d'une série romanesque de Michel Mourlet intitulée "Chronique de Patrice Dumby".
  • Contact

Recherche

Liens