Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 06:54

On connaissait le politiquement correct (la série sous son homologation effective a d’ailleurs commencé par là), l’historiquement correct, le socialement correct, le scientifiquement correct (dont les mânes de Pasteur se rappellent encore les prémices), l’artistiquement correct et quelques autres catégories bien-pensantes qui composent aujourd’hui le potage de l’intelligence française. Voici désormais le climatologiquement correct, dont un jeune et brillant spécialiste de la météorologie vient de faire les frais. Le bon jeune homme, qui ajoute semble-t-il à ses qualités professionnelles une candeur inquiétante, se croyait dans un pays où le débat d’idées avait sa place et où l’on avait le droit d’exprimer au milieu des lapements de soupe sa propre vérité sans l’aval des ayatollahs ! Ignorait-il qu’un journaliste de compétence incertaine, tout en se dérobant bien entendu à l’invitation, peut s’y moquer en toute quiétude d’un professeur d’université qui lui propose une controverse publique ?

Philippe Verdier à présent sait à quoi s’en tenir. Souhaitons-lui d’en tirer la conclusion qui s’impose ; conseillons-lui de partir, comme tant de nos compatriotes, pour un climat moins malsain et un air plus respirable.

*

Tout le monde est bien d’accord : l’afflux de matériel roulant sur nos routes, voitures particulières, camions et remorques de tous tonnages et de toutes nationalités, véhicules d’entreprise, autocars, motos, est un facteur considérable de pollution atmosphérique et surtout d’accidents. Il serait donc logique de concentrer, dans le domaine des transports, toute la réflexion et tous les efforts sur le développement des filières ferroviaire et fluviale, infiniment plus fiables en matière de sécurité et d’écologie. C’est le moment choisi par le gouvernement pour annoncer la mise en œuvre nationale de réseaux d’autocars destinés en cassant les prix à concurrencer à mort le chemin de fer.

Comme pour les locations de vacances non déclarées qui menacent l’hôtellerie et sur lesquelles on ferme les yeux, alors qu’on persécutera le petit artisan fauché qui essaie d’assurer au noir ses fins de mois, comme pour l’« hubérisation » hors licence (et heureusement ratée) des taxis, comme pour le lent étouffement de l’agro-alimentaire français par la grande distribution, il s’agit de tenter d’alléger les dépenses de l’électeur ‒ très provisoirement et à l’aveuglette, car tout cela se paiera demain en chômage et en drames. Entre blaireaux et lapins crétins, la compétition est serrée.

*

L’affaire Nadine Morano, c’est-à-dire en clair la mise à l’Index du général De Gaulle, puisque celle-là s’est bornée à citer celui-ci, et l’avertissement qui est ainsi donné à la population européenne de la France, encore majoritaire nous semble-t-il, de devoir cesser de se référer à son identité, à ses ancêtres, de devoir se couper de ses racines, afin de faire plaisir comme d’habitude, comme pour le mariage triste, à M. Pierre Bergé, cette affaire a surtout fait le bonheur de Marine Le Pen : les Français n’étant pas encore tous devenus des bovidés aussi stupides que le croient leurs vachers, cette initiative va lui rapporter quelques dizaines de milliers de voix qui lui manquaient encore. "Merci, M. Sarkozy ! murmure-t-elle avec un certain sourire et le petit geste de la main qu’elle eut un soir d’élection à l’adresse du Mélenronchon des faubourgs ; allez ! vous aussi, mes chers MM. Hollande et Valls ; comme disait le Divin Marquis : encore un effort !"

Partager cet article
Repost0

commentaires

Dumby Par Lui-Même

  • : Carnets politiques de Patrice Dumby
  • : Réflexions sur la politique au fil de l'actualité, par le personnage principal d'une série romanesque de Michel Mourlet intitulée "Chronique de Patrice Dumby".
  • Contact

Recherche

Liens